D'UNE SCENE A L'AUTRE

Projet d'échanges culturels et pédagogiques autour du théâtre

De quoi s'agit-il au juste? Tout simplement de mettre en relation des personnes de pays différents qui allient à la fois création artistique et travail "de terrain" dans leur région. Ceci concernerait donc évidemment des professionnels du "spectacle vivant", mais s'étendrait également à des agents du développement local, en particulier en milieu rural. Allier enracinement régional et ouverture international, un sujet fou? Pas tant que ça...
 
A l'heure actuelle, on parle beaucoup d'aménagement du térritoire, de problèmes identitaires etc.. Or, la culture même au sens artistique du terme reste très liée à l'idée d'identité, elle a donc un rôle à jouer ici. En milieu rural, par exemple, on veut désormais avoir accès aux mêmes services culturels qu'en ville, et ne plus se sentir marginalisé. Mais, pour des raisons matérielles évidentes, cele reste difficile. C'est pourquoi, il faut pouvoir trouver un "entre deux", c'est-à-dire proposer des offres culturelles de qualité mais de manière différente, adapter la culture des villes à une culture des champs...
Ainsi la culture participe à sa manière au développement local.
Le Petit Chêne Théâtre suit de près cette réflexion. En effet, située dans la région du Clunysois, cette troupe diffuse ses spectacles hors de la région tout en gardant ses racines locales. Ainsi, chacune de ses créations est accompagnée d'animations auprès d'un public voisin et les membres de la troupe participent fréquemment à des colloques, réunions ou projets en faveur du dévelopemment culturel en province ou portant sur la diffusion du théâtre en milieu rural.
Parallèlement, la compagnie reste profondément ancrée dans des réseaux locaux (spectacle, développement rural, lutte contre l'exclusion, réinsertion).
Ces différents réseaux lui ont permis de rencontrer des personnes travaillant selon les mêmes directions dans la région mais aussi sur l'ensemble du territoire. Aussi l'idée nouvelle serait de pousser les frontières et d'étendre ce type d'échanges à d'autres pays.
Le projet, déjà en marche, a commencé par des contacts et des voyages en Espagne et en Amérique Latine, mais le réseau ne demande qu'à s'étendre...

*Naissance du projet: des réseaux locaux aux réseaux internationaux

Difficile pour une compagnie de théâtrale de se faire connaître en milieu rural...En ville, on s'informe facilement sur les différentes activités culturelles proposées, à la campagne la situation est plus complexe (journaux locaux non exhaustifs, territoire plus vaste etc...).
D'où la nécessité de réseaux en milieu rural. Si l'on y trouve de nombreuses associations, des groupes d'échanges etc... ce n'est pas anodin. Il faut éviter l'isolement. D'ailleurs, la région de Cluny semble assez dynamique en matière, car même au- delà des associations sportives et culturelles habituelles, elle rassemble aussi des groupes de réflexion sur le monde rural.
Le Petit chêne appartient, à certains de ces réseaux locaux. Ainsi, même si cela n'entre pas dans la droite ligne du projet, il semble important d'en parler brièvement pour mieux comprendre la situation locale et les motivations de la troupe.
  • Les Foyers ruraux:
    Le Petit Chêne est membre de la Fédération des Foyers Ruraux. Celle-ci, d'importance nationale se donne comme mission de redynamiser le milieu rural, créer des passerelles avec l'urbain et organiser des formations des différents acteurs de la vie locale.
    la Fédération de Saône et Loire est d'ailleurs particulièrement active. Grâce à elle, le Petit Chêne a pu rencontrer des animateurs du développement dans la région, mais aussi dans d'autres départements et même à l'étranger . Les voyages qu'elle organise ont permis de nouer des contacts avec des professionnels du spectacle de divers pays d'Europe et notamment au Danemark.
  • Théâtre et compagnies:
    Pour l'instant, il s'agit d'un réseau trèslocal mais il prend une ampleur grandissante. Devant les difficultés exprimées précédemment, les troupes du Clunysois ont décidé de se réunir pour mieux se connaître, mais aussi organiser des événements communs. Et c'est ainsi que désormais a lieu, une fois par an, un festival proposant les créations des artistes locaux.
  • Barouf:
  • Né de l'initiative des Foyers Ruraux, barouf représente une expérience assez originale: créer un centre culturel éclaté. Une fois par mois vont donc se réunir des membres de la Fédération et des artistes du département pour organiser une saison culturelle dispersée dans divers lieux de spectacle.
    Ce projet allie à la fois la diffusion des productions locales à une réflexion sur la culture en milieu rural. Cette saison propose donc non seulement des spectacles mais aussi des formations, des colloques etc...
*Naissance du projet: des réseaux locaux aux réseaux internationaux
Ces échanges, ces rencontres, ont permis au Petit Chêne de se former une image de la situation culturelle de la région et d'avancer certains constats qui ont conduit au projet:
  • Un pôle de réflexion pour la culture:
    Comme nous venons de le voir, la culture reste dans la région un souci permanent. Ainsi, des initiatives originales sont mises en place (ex: la ville de Cluny organise des représentations dans les villages; c'est le théâtre sur trétaux).
  • Des compagnies pluridiciplinaires:

    On trouve en Bourgogne, et plus particulièrement en Bourgogne Sud, un foisonnement d'artistes dont certainx associent création à animation locale ou utilisent leur technique artistique à des fins diverses: comme outil pédagogique, comme vecteur de lutte contre l'exclusion...

  • Des échanges internationnaux fréquents mais pas artistiques:
    Beaucoup d'échanges avec l'étranger ont lieu. Toutefois, l'aspect artistique reste souvent négligé et malgré l'ouverture des frontières et la création d'espaces économiques élargis, les expériences de collaboration internationale sur ce thème restent limitées: problèmes linguistiques, difficultés de financement pour des thèmes transverses, manque de structures d'échange etc...
    Pourtant, la Bourgogne se trouve dans une position particulièrement favorable aux échanges internationaux car elle se trouve dans la périphérie de Lyon, ville qui mène une véritable politique d'ouverture sur l'Europe. De plus la région s'ouvre sur les principaux axes de circulation et jouxte la Suisse.
     
  • Des échanges artistiques pourtant fondés:
    Pourtant, ces types d'échanges paraissent très intéressants voire cruciaux pour de multiples raisons:
    • toute créations venues d'ailleurs a à l'heure actuelle le vent en poupe, que ce soit auprès du public rural ou urbain. Seulement, c'est le plus souvent en ville que l'on trouve de l'exotisme, et d'ailleurs il s'agit souvent de grosses productions".
    • diversité et richesse de la pratique théâtrale dans le monde: partout on trouve des petites troupes pétries de talent, des équipes dynamiques, créatives, enthousiastes. Seulement, elles n'ont pas toujours la possibilité de se rencontrer.
    • richesse des expériences de pédagogie théâtrale dans le monde, et en particulier en Amérique latine.
    • universalité des problèmes actuels d'exclusion: partout les sociétés se trouvent confrontées à ce type de problèmes et les gens de théâtre mènent des expériences très diverses pour répondre à leur manière à ces difficultés.
    • intérêt des réseaux pour fédérer les énergies autour de thêmes et de problèmes similaires.
     
  • Des échanges de théâtre internationnaux à "grandes échelles":
    La France dispose de nombreuses institutions pour promouvoir les échanges culturels internationaux, et notamment favoriser le rayonnement de la culture française? C'est le cas de l'AFAA (Association Française d'action Artistique), de la Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques au sein du Ministère de la Culture, du service culturel du Ministère des Affaires étrangères etc...
    D'ailleurs la plupart des pays possèdent des services de ce type. En Espagne, par exemple, il s'agit de l'Institut Cervantes mandaté pour promouvoir la langue et la culture nationales.
    Grâce à ces divers organismes, des compagnies étrangères se produisent en France, et réciproquement. Ainsi, on peut assister à des créations internationales: dans des centres culturels (Théâtre de l'Europe), des Festivals, mais aussi dans des cadres moins formels (festivals du Marais...).
    Le théâtre hors frontière paraît donc fondé. Seulement généralement, ce type d'expériences ne concerne que des troupes de grandes renommée. On peur assister à une représentation du Picolo Teatro de Milan, de Bob Wilson mais rarement d'une troupe du fin fond du Portugal... D'où l'idée du Petit Chêne Théâtre, d'essayer en relation avec des compagnies étrangères, de même dimension et travaillant selon un même esprit.
Haut de page / Page précédente / Page principale